Pratiqué par Dr Nathalie Calame, Dr. Fabienne BurguièreDr. Bruno Laborier (032 843 36 30)

Mme Charlotte Perret, M. Alain Picard, Mme Michèle Picard  (032 843 36 20)


L’homéopathie fait partie des médecines énergétiques. Son objectif est de rétablir l’équilibre de l’énergie vitale, perturbée par des facteurs de toute nature : psychiques, climatiques, alimentaires…

Elle agit en apportant une information vibratoire de nature similaire aux symptômes observés; par exemple, on pensera à Urtica urens (l’ortie) pour traiter une éruption rouge très irritante, ou encore à Coffea (le café) en cas d’insomnie.
Les homéopathes qui pratiquent au Centre Prévention et Santé prescrivent généralement un seul remède à la fois, ce que l’on appelle homéopathie uniciste. La recherche du remède le plus approprié, le simillimum, est favorisée par une participation active du patient. Au cours de la séance, il est invité à communiquer au thérapeute toutes les informations qui le caractérisent en particulier : son histoire (évènements majeurs, traumatismes, chocs psychologiques), ses goûts (désirs et aversions de tout ordre), sensibilités climatiques, … ce qui différencie fondamentalement l’homéopathie de l’allopathie, qui se base sur les symptômes généraux communs à de nombreux patients. Pour une migraine par exemple, l’homéopathe prendra en compte la localisation, le type de douleur, l’évolution dans le temps, les facteurs aggravants et le contexte psychologique, pour effectuer sa recherche.
L’homéopathie couvrant un large spectre de la nature humaine, la qualité du praticien dépendra de sa capacité à trouver une cohérence dans les symptômes observés pour comprendre son patient en profondeur. Hahnemann disait déjà il y a deux siècles que l’homéopathie s’occupe du malade et non de la maladie. Par exemple, pour un patient présentant une migraine et une sciatique, une approche symptomatique consisterait à donner un remède pour chaque symptôme, mais une vue plus large verra une relation avec le méridien de vésicule biliaire et une contrariété mal vécue; c’est donc un remède de la rubrique « suite de contrariété » qui pourra guérir ce patient.
Chaque remède homéopathique correspond à un certain tempérament induisant avec le temps des symptômes généraux puis physiques. L’art du praticien sera de comprendre le plus globalement possible son patient de manière à lui prescrire le remède avec lequel il sera le plus en affinité, ce qui s’appelle « soigner par les semblables ».


Homéopathie Uniciste
Cette méthode tend, à travers un interrogatoire précis, à brosser le portrait du patient sur les plans corps-âme-esprit.
Il convient ensuite de comparer ce « portrait » avec les 3’500 remèdes homéopathiques qui ont été « éprouvés » et de choisir le remède unique se rapprochant le plus possible des signes et symptômes caractéristiques du patient.